C’est quoi la « mission de vie » ?

Humblehoney

C’est un terme qui est à la mode en ce moment, trouver sa « mission de vie ». Pour ceux qui, comme moi, se posent souvent des questions existentielles, et qui sont par exemple en reconversion professionnelle. « Quelle est ma mission de vie? Pour quelle raison suis-je sur terre? Quel est le sens de ma vie ou quel sens est-ce que je veux lui donner? Que dois-je accomplir pour avoir le sentiment de me réaliser »? De construire ma « légende personnelle »? Autant de questions que, je le constate, nous sommes beaucoup à nous poser. Et si ce n’est pas votre cas j’ai envie de dire tant mieux! C’est que vous êtes certainement déjà sur votre voie.

Mon but ici est de partager avec vous les outils et événements qui m’ont permis de m’en approcher fortement. Et oui, pour la trouver il va falloir bosser un peu quand même! Alors assurez-vous simplement de prendre un temps calme et sans perturbation pour tester les exercices qui suivent afin d’optimiser leur résultat, et de pouvoir écrire.

Je commencerai par les « 8 niveaux logiques de pensée » de Robert Dilts. Outil de PNL que l’on peut utiliser pour chacune de nos problématiques personnelles rencontrées au quotidien mais aussi dans un sens plus large. L’idée est d’aborder le problème sous différents angles, en escaladant niveau par niveau en commençant par le bas. Cet outil m’a été transmis lors d’une formation en gestion du temps il y a quelques années, avec celle qui est devenue ma « coach en développement personnel ». Désolé d’avance pour les documents scannés « à l’ancienne » 😜

nor

Comment on procède ? On aborde le thème que l’on choisit selon ces 7 points de vue en commençant par le 1er en bas :

nor

Le point de vue de notre environnement (le contexte dans lequel on se trouve) nous permet de faire un état des lieux, de prendre conscience de la situation matérielle/physique dans laquelle nous nous trouvons, décrire la situation dans laquelle nous nous trouvons dans les faits. Exemples : « mon environnement de travail ne me plaît plus » (énoncer les faits/raisons concrètes), ou bien « je ne me sens plus à ma place dans mon entreprise », « je ne suis plus en accord avec mes valeurs dans ma société ».

Du point de vue de notre comportement (verbal et non verbal), c’est à dire quel comportement adoptons-nous face à la situation problématique, ce que cela provoque comme attitude de notre part et quel meilleur comportement nous pouvons adopter. Exemples : « du coup je suis en colère en permanence », « je me prends la tête avec tout le monde », « je m’isole souvent »…

Perso j’aborderai d’abord le point de vue des émotions avant celui des capacités car je trouve cela plus cohérent. La question est « qu’est-ce que cela me fait ressentir? », « quelle(s) émotion(s) cela provoque en moi? », « comment est-ce que je me sens par rapport à ça »? Exemples : « ça me rend triste », « je me sens découragée », « je ne me sens pas en accord avec mes valeurs », « j’ai peur », « je suis stressé »…

Le point de vue de nos capacités (compétences, aptitudes, qualités) nous amène à nous questionner sur ce que nous avons la capacité de faire pour que la situation s’arrange, en faisait appel à notre imagination, nos idées, nos ressources intérieures. Exemple : « je pourrais essayer de trouver les mots justes pour exprimer ce que je ressens et proposer des idées d’amélioration », « je vais arriver plus tôt le matin », « je cherche une activité qui m’aidera à faire baisser mon niveau de stress »…

Le point de vue des croyances et valeurs (croyances profondes, présuppositions, critères) nous ramène à ce en quoi nous croyons, ce qui motive la plupart de nos choix, actions et comportements, ce qui est important pour nous. Exemple : « le respect mutuel est important pour moi », « je cherche une solution qui me permettrait de me sentir en accord avec ce qui est important pour moi », « j’ai besoin de vivre les choses avec plus de légèreté pour me sentir mieux », « pour moi la communication est la clé »…

Du point de vue de l’identité, on va aller chercher en nous ce qui nous définit, notre unicité, ce qui fait de nous cet être unique, le sens de nous-même, notre rôle dans la vie, nos qualités, en quoi nous nous reconnaissons. On se reconnecte à soi. Exemple : « je suis quelqu’un de très courageux », « je suis persévérant », « je suis têtu », « je suis curieux »… Vous pouvez aussi vous rappeler vos traits de caractère d’enfant pour ce sujet « mission de vie ».

La vision, c’est imaginer et visualiser ce qui devrait se passer dans l’idéal afin de résoudre le problème, trouver sa réponse pour ensuite trouver les moyens de la concrétiser. Mieux on arrive à visualiser ce vers quoi on tend, plus on se donne ne serait-ce qu’inconsciemment les moyens d’y parvenir (cf. l’exercice du « tableau de visualisation« ) Exemple : « dans l’idéal ce que j’aimerai c’est travailler dans une ambiance sereine et bienveillante », « en fait si j’avais une baguette magique là tout de suite je … », « ce qui serait top ce serait de pouvoir avoir plus de souplesse dans mes horaires »… A noter que les moyens existants sont multiples et peuvent être « mixés » entre eux, pensez en terme « d’alternatives »!

Du point de vue de la mission, on arrive à toucher l’essence de ce que nous sommes et de ce que nous souhaitons réaliser durant notre vie sur terre, le rôle que nous souhaitons avoir, ce que nous faisons en accord avec nos rêves et nos valeurs. Exemples : « je sens que mon rôle sur cette terre est de m’occuper des autres », « je veux pouvoir me dire que je n’ai aucun regret lorsque j’arriverai à la fin de ma vie », « ma place sur terre est parmi ceux qui font avancer la recherche scientifique », « ce que je veux c’est travailler avec les enfants »…

Voilà pour l’utilisation de cet outil pour vous rapprocher voire (re)trouver votre « mission de vie ».

Et si cela n’est pas suffisant, vous pouvez faire le deuxième exercice des « 3 mentors« , que j’ai découvert lors d’un super atelier Apec « identifier ses moteurs » dans le cadre de ma reconversion pro. Listez trois personnes (ou plus si envie) que vous admirez, même si elles sont fictives, et les raisons pour lesquelles vous les admirez, ce qu’elle font ou ont fait concrètement qui vous inspire. Cela vous donnera des pistes à coup sûr.

Et si ce deuxième exercice n’est pas encore suffisant, alors je sors l’arme fatale! Un peu trash mais efficace, la méthode du « discours funéraire« , que j’ai découvert lors du même atelier Apec, a été révélatrice pour moi et peut créer un vrai petit électrochoc.

Imaginez que…vous soyez mort(e). Et que votre meilleur(e) ami(e) fasse un discours funéraire en hommage à ce que vous étiez et ce que vous avez accompli durant votre vie. Oui je sais, c’est un peu glauque mais faites-moi confiance ; mettez votre mental en veilleuse deux minutes et faites l’exercice en étant dans l’émotion, l’imagination et…voyez ce que ça donne! 😉

Voilà. N’hésitez pas à me faire part de vos résultats ou juste vos ressentis, vos remarques ou questions! 😀

Je vous souhaite de ressentir cette joie de savoir ce pour quoi vous êtes faits! 😘

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s